Aller à : Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Fil de navigation

 Qui dit septembre/octobre, dit rentrée ! Oui mais, pas n'importe laquelle :

LA RENTRÉE LITTÉRAIRE

Parmi la longue liste d'ouvrages parus, voici une petite sélection avec les appréciations des bibliothécaires.

BONNE LECTURE

« Héritage » Miguel Bonnefoy - Rivages, 2020
Une prodigieuse saga familiale, pleine de magie et de passion, qui confirme le talent de Miguel Bonnefoy pour mêler les trajectoires intimes à la grande histoire. Des coteaux du Jura jusqu'aux geôles de Pinochet, des tranchées de la Somme jusqu'au ciel britannique déchiré par les Messerschmitt, la famille Lonsonier a traversé le XXe siècle avec fougue, et y a laissé quelques plumes... Mais de Lazare le poilu chilien et de sa dulcinée Thérèse amoureuse des êtres ailés, de Margot l'aviatrice intrépide et d'Ilario Da son fils révolté, on retient surtout l'incoercible force de vie. Ces drôles d'oiseaux migrateurs, pris tour à tour dans l'œil du cyclone, ne cessent de voler vers leur destin, d'un côté à l'autre de l'Atlantique, avec pour tout viatique la légende mystérieuse d'un oncle disparu...
*Difficile d'abandonner cette prodigieuse saga familiale.

Heritage

 

« Histoires de la nuit » Laurent Mauvignier - Minuit, 2020
Avec sa fille Ida, Patrice prépare une fête surprise pour les quarante ans de Marion, sa femme. Malheureusement la soirée va tourner au drame lorsque débarquent trois inconnus vindicatifs qui semblent connaître Marion comme personne.
Après « Continuer », ce beau récit de résilience, qui cédait un peu à l'air du temps en adoptant ce thème, on retrouve ici l'auteur au meilleur de son écriture, avec cette aptitude à inventer pour chacun de ses romans une forme nouvelle ajustée à son inspiration. « Histoires de la nuit », c'est d'abord un roman noir à l'intrigue sophistiquée, construite avec un art du suspens et des coups de théâtre... Le présent éclaire le passé.
*Laurent Mauvignier nous tient en haleine et sous pression dans ce huis clos.

Histoires de la nuit

 

« Une rose seule » Muriel Barbery - Actes Sud, 2020
Alors qu'elle n'a jamais connu son père, Rose arrive au Japon pour découvrir son testament. Arrivée à Kyôto, elle est accueillie par Paul, l'assistant de son père, marchand d'art. Paul lui fera découvrir les temples, les jardins et les restaurants de la ville qu'a connue son père pour peut-être apprendre à le connaître et en profiter pour se découvrir elle-même. Il faut aimer la belle écriture, la poésie des mots, les fleurs, la nature y compris minérale, les descriptions précises et fouillées. On part à la découverte du Japon, ses particularités et ses délicatesses, en parallèle avec la découverte du passé de l'héroïne.
*Un livre d'émotions, pas d'action, il faut se laisser bercer par la poésie des mots...

Une rose seule

 

« Mon nom était écrit sur l'eau » Olivier Bleys - Denoël, 2020
Le jeune Gabriel Spautz, descendant d'une lignée de thanatopracteurs ayant fondé la maison Spautz et fils en 1857, côtoie la mort depuis son plus jeune âge. A 4 ans, il examinait son premier cadavre, à 6 ans, les cimetières n'avaient plus de secrets pour lui, et, à 15 ans, il savait effectuer une toilette mortuaire. Cependant, au Centre de formation des métiers du funéraire, sa vocation vacille.
*Une lecture amusante et un brin décalé.

Mon nom etait ecrit sur leau

 

 « Buveurs de vent » Franck Bouysse - Albin Michel, 2020
Quatre frères et soeurs grandissent au Gour Noir, une vallée perdue au milieu des montagnes. Marc passe son temps à lire en cachette, Mathieu entend penser les arbres, Mabel éblouit par sa beauté sauvage et Luc parle aux animaux, espérant devenir l'un des leurs. Ils travaillent tous pour Joyce, le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage.
*Brigitte se souvient encore de son coup de coeur, en 2019, pour « Né d’aucune femme » - La manufacture de livres. A l’idée de retrouver Franck Bouysse, elle était forcément en joie. Ce fut donc l’une de ses lectures prioritaires de cette rentrée littéraire... Nouveau coup de coeur 2020 confirmé !

Buveurs de vent

 

« Le bowling du point du jour » Elizabeth McCracken - Nil, 2020
Massachusetts, 1900. La mystérieuse Bertha Truitt s'installe à Salford, où elle épouse un médecin et ouvre un bowling qui devient rapidement le principal point de rencontre de la ville. Mais quand elle meurt dans un terrible accident, son passé refait surface. Un jeune inconnu qui affirme être son fils revendique l'héritage du bowling.
*Avec cet ouvrage, l'auteure nous offre un grand roman américain, porté par une écriture malicieuse et peuplé d'excentriques aux destinées surprenantes.

Le bowling du point du jour

 

 

« Les aérostats » Amélie Nothomb - Albin Michel, 2020
Ange, une jeune étudiante bruxelloise en philologie et trop sérieuse pour son âge, donne des cours de littérature à Pie, un lycéen de 16 ans dyslexique, après avoir répondu à une petite annonce. Leur rencontre permet à chacun d'eux, en proie à ses propres difficultés, de s'aider à avancer.
*Un très bon cru qui interroge la relation de maître à élève. Convient aux ados pour leur donner le goût de la littérature.

Les aerostats

 

« Nature Humaine » Serge Joncour - Flammarion, 2020
En 1999, tandis que la France est balayée par une puissante tempête, Alexandre vit reclus dans sa ferme du Lot, dans l'attente des gendarmes censés venir l'arrêter. Un roman sur la fin de la vie paysanne et sur le divorce entre l'homme et la nature, à travers l'histoire d'une famille française bouleversée par le résultat de trente ans de progrès, de luttes, de politique et de catastrophes.
*Serge Joncour orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent jusqu’au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française.

Nature humaine

 

« Liv Maria » Julia Kerninon - L’iconoclaste, 2020
Comment se tenir là, dans cette vie, avec le souvenir de toutes celles d’avant ?
Son nom est Liv Maria Christensen. Enfant solitaire née sur une île bretonne, entre une mère tenancière de café et un père marin norvégien. Envoyée subitement à Berlin à l’âge de 17 ans, elle tombe amoureuse , et le temps d’un été, elle apprend le plaisir des corps, l’intensité des échanges. Mais, à peine sortie de l’adolescence, elle a déjà perdu tous ses repères : Ses parents décèdent dans un accident et l’amant de l’été n’était peut-être qu’un mirage…
*Julia Kerninon brosse le portrait éblouissant d’une femme marquée à vif par un secret inavouable. Et explore d’une écriture magnétique et fascinante les détours de l’intime, les jeux de l’apparence et de la vérité.

Liv Maria

 

« Chavirer » Lola Lafont - Actes sud, 2020
1984. Cléo, treize ans, qui vit entre ses parents une existence modeste en banlieue parisienne, se voit un jour proposer d’obtenir une bourse, délivrée par une mystérieuse Fondation pour réaliser son rêve : devenir danseuse de modern jazz. Mais c’est un piège, sexuel, monnayable, qui se referme sur elle et dans lequel elle va entraîner d’autres collégiennes.
Des années 1980 à nos jours, Lola Lafon dresse un portrait sociétal engagé, profondément humain et bouleversant, et sort du silence toutes les Cléo et Betty aux ailes brisées.
*« Chavirer » laisse sans voix. Construction parfaite, maîtrise totale du récit, langue splendide, tout cela était nécessaire pour se colleter à cette histoire sordide d’honorables messieurs abusant de fragiles adolescentes jusqu’à en faire leurs complices.

Chavirer