Aller à : Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Fil de navigation

Eloge du doute

Parmi les choses dont l'épidémie de Coronavirus nous aura fait prendre conscience, il est question de vérité(s).
En philosophie avec Nietzsche nous avons appris à interroger le concept de vérité et à faire trembler l'image dogmatique de la pensée.
Et la lecture de Foucault nous a dévoilé comment la vérité est étroitement liée au pouvoir: des vérités sont organisées, proclamées, imposées et mise en circulations par des gouvernements et des pouvoirs afin d'obtenir obéissance, conformisme, assujettissement. Ou tout simplement des vérités sont affirmés ou revendiqués par des individus ou des groupes et deviennent des préceptes. Foucault congédie la « splendide vérité des philosophes » et parle de régimes de vérité.

Nous avons l’art pour ne pas périr de la vérité, disait Nietzsche.
Et c'est par le biais de l'art, la littérature plus précisément, que le romancier Olivier Adam, évoque sous forme épistolaire, la vérité de manière critique et subversive.
Avec ironie, il invite l'homme à être un sujet responsable, c'est à dire à ne pas se laisser entrainer par des vérités proclamés qui peuvent facilement devenir des idéologies rassurantes.
Or cette responsabilité est beaucoup moins rassurante, car elle se nourrit dans le doute.

Prendre le risque du doute, d'une pensée critique, plutôt que de figer sa pensée dans une équation savoir = raison = pouvoir, c'est peut-être la seule voie d'issue...

 

« Paris, le 12 mai 2020
Mon cher, ma chère compatriote,
Je t’admire, tu sais. Oh oui comme je t’admire. A toi, on ne la fait pas, hein ? Tu connais tout du dessous des cartes, n’est-ce pas ? Qui nous ment et ce qu’on nous cache. Qui tire les ficelles et à qui profite le crime. En toutes choses, tu sais ce qu’il faut faire. Ce qu’il aurait fallu. Ce qu’il faudra. Tes compétences sont sans limite. L’étendue de ton savoir est infinie. Ton instinct infaillible.

Je t’ai connu économiste, sociologue, historien, juge, procureur, scénariste, sélectionneur de l’équipe de foot.

Je te découvre ces jours-ci virologue, épidémiologiste, spécialiste de la gestion de crise sanitaire et des pandémies. Vraiment tu m’impressionnes. Je te lis dans les journaux et sur les réseaux sociaux. Je t’écoute à la radio, à la télévision et dans la queue chez le maraîcher, dans les allées du G20.
Et comme je t’envie. Comme ce doit être grisant de tout savoir sur tout et d’avoir toujours raison. D’avoir des réponses si simples à tant de questions si complexes – et parfois le contraire. D’être expert en tant de disciplines. De toujours savoir qui incriminer. Qui croire et qui condamner. De redresser tant de torts. De déjouer tant de complots. De déciller tant de naïfs. De détenir la vérité et de l’avoir confisquée une fois pour toute à ceux qui ne la méritent pas.

A ceux qui ne savent pas s’en servir. Les hésitants. Les indécis. Les pointilleux. Ceux qui ne savent pas toujours.

Qui se demandent. A qui il semble. A qui il faut des preuves. Qui questionnent. Tempèrent. Disent ce n’est pas si simple. Coupent les cheveux en quatre. Les apôtres de la nuance. Les maniaques de l’objection. Ces pleutres qui n’éructent pas sur les réseaux sociaux. Ne signent pas de tribunes ou de posts incendiaires, pleins de rage, péremptoires et justes par conséquent. Justes par définition. Justes par la loi de celui ou de celle qui gueule le plus fort. Ces lâches qui ne donnent pas leur avis sur tout à la télé, à la radio, sur les réseaux, au café, en famille, entre amis. Et s’abstiennent, les imbéciles, de se prononcer sur de sujets qu’ils ne maîtrisent pas. De condamner sans preuve. Ces gens qui doutent, comme les chantait Anne Sylvestre. Et qui rechignent à décréter.
Oh tu les connais ceux là. Ils t’ont toujours bien fait marrer ces rabat-joies, à parler si bas, à retourner une question en tous sens avant de formuler une hypothèse. A parfois penser contre eux-mêmes. A se défier des fausses évidences. Des conclusions hâtives. Des anathèmes. Ces ergoteurs. Heureusement ils sont minoritaires. Ou bien ils se planquent. Ont déserté les réseaux, les plateaux, les cafés des certitudes. Se taisent pendant les réunions de famille. Heureusement.

Manquerait plus qu’ils viennent plomber l’ambiance avec leurs scrupules, leurs nuances, leurs réserves, leurs objections

Manquerait plus qu’ils t’empêchent d’avoir raison en toute choses et tout le temps. Et de le faire savoir en gueulant.
Allez. Je te laisse. Je retourne à mes doutes, à mes hésitations, à mes incompétences. »
Olivier Adam

Lettre lue sur France Inter par par Augustin Trapenard