Aller à : Accéder au contenu Accéder à la recherche Accéder au menu principal

Fil de navigation

L'écriture en temps de pandemie
Un jeu circule sur Internet depuis le confinement : imaginer le confinement raconté par les grands auteurs :

  • Flaubert : raconte l'ennui d'une jeune femme confinée avec son mari.
  • Balzac : raconte l'histoire de la fabrication du canapé où son héros est assis.
  • Proust : Son héros tond pendant le confinement. L'odeur de l'herbe coupée lui remémore son passé.
  • Beckett : Deux hommes attendent la fin du confinement qui n'arrivera jamais.
  • Ionesco : Le confinement attend la fin de l'homme.
  • Zola : Raconte avec précision le quotidien d'un ouvrier d'Amazon contraint de travailler.
  • Maupassant : Son héros confiné a des hallucinations et devient fou.
  • Feydeau : Un mari, sa femme et l'amant de celle-ci sont confinés ensemble, des quiproquos en perspective.
  • Musso : Deux personnes que tout oppose sont confinés dans la même maison. Ils tombent amoureux.
  • Marguerite Duras : confinée. Se confiner. Je crois que ça va durer 14 jours. Ou peut-être plus. Promener mon chien. Absence de chien. L'attestation était pourtant prête sur la table.
  • Stephen King: un alcoolique repenti, confiné, est torturé par le fantôme de son frère jumeau mort à 8 ans qui le pousse à tuer sa femme obèse et fanatique religieuse.
  • Pascal : confiné, l'humain lance une appli de paris en ligne à propos de la date de fin du confinement ou de la date de fin du monde.
  • Kafka : un homme confiné s'ennuit, regarde une mouche courir sur son plafond... À la fin, c'est la mouche qui le regarde, courir sur les murs...
  • Bukowski : se lève à midi et boit une bière au petit dej avant d’écrire le plus beau poème jamais écrit en se grattant les couilles.
  • Camus: le confinement ne fait qu'accentuer l'esprit étroit de l'homme et enferme ses questions dans des bocaux sans réponses.
  • Lamartine : « Un seul cas de coronavirus et tout est dépeuplé. »
  • Pennac : l'adulte confiné retrouve son âme d'enfant et plonge dans des aventures imaginaires.

 

Mais comment nos écrivains contemporains vivent l'écriture et la création en ce temps de confinement ?
On voit surgir une nouvelle forme d'écriture l'instant book, un livre instantané capable de capturer les idées volatiles, de témoigner dans l’immédiateté du vécu, sans recul, dans l'urgence de penser une situation inédite et anxiogène.

L'éditeur Seuil, met à disposition gratuitement, en attendant sa sortie en librairie « Contagions » écrit par Paolo Giordano, écrivain italien qu'on avait découvert grâce à un premier roman, « La Solitude des nombres premiers », vendu à plus de 3 millions d'exemplaires dans le monde, et qui avait emporté haut la main le prestigieux prix Strega.

Paolo Giordano, de formation scientifique (docteur en physique théorique) mélange dans son écriture au style sec et linéaire, mathématique et sentiments, science et littérature et donne naissance à un texte hybride, entre l'essai et le journal intime.
Un livre produit instantanément, lors du début du confinement en Italie, mais fruit d'idées muries au cours de plusieurs années sur la manière d'être au monde et de vivre avec les autres.

« Contagions » est une invitation à réfléchir plutôt qu'à céder à la méfiance et à la panique: « 
[…] D'ailleurs, la panique est une invention circulaire du dieu Pan. Il arrivait au dieu de pousser des hurlements si forts que sa propre voix l'effrayait et qu'il partait en courant, terrifié par lui-même ». (p. 59)

Et pour penser et vivre ce temps d'anomalie il invite ses lecteurs à réfléchir au sens du psaume 90:
« Enseigne-nous à bien compter nos jours,
Afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse »

Dans cette épidémie nous n’arrêtons pas de compter: le malades, les morts, les masques, les jours, surtout les jours; mais peut-être le psaume nous invite à compter autrement pour donner de la valeur à nos jours.

Acquérir un « cuore saggio », un cœur sage c'est le vœux que Paolo Giordano nous adresse pour « ne pas permettre que toute cette souffrance passe en vain ».

Le livre sera disponible à l'achat en librairie le 28 mai 2020 et l’auteur reversera une partie de ses droits d’auteur pour la gestion de l’urgence sanitaire et la recherche scientifique.

Contagion Paolo Giordano